Notre-Dame du Rosaire


 Le 7 octobre, nous célébrons Notre-Dame du Rosaire. Le mois d’octobre est donc le « Mois du Rosaire ».

Cette fête a une origine historique. Le 7 octobre 1571, l’Occident chrétien fut libéré de la menace musulmane par la victoire de Lépante, qu’on attribua à la récitation du Rosaire. Depuis le VIIIème siècle, en effet, les musulmans faisaient peser une menace permanente sur l’Europe chrétienne. Aux XVème et XVIème siècles les Ottomans attaquèrent l’Europe par l’Est : en 1453 Mehmed II prit Constantinople et en 1459 il détruisit la Serbie ; en 1526 Soliman le Magnifique envahit la Hongrie et en 1529 il assiégea Vienne. En 1571, les Turcs rassemblèrent une flotte considérable pour détruire la chrétienté. Le pape saint Pie V organisa la défense et demanda à tous les chrétiens de prier le chapelet. Tandis que la flotte chrétienne, menée par don Juan d’Autriche, livrait bataille, le pape vit, dans une vision, la victoire des chrétiens sur les Turcs. Cette victoire devint la fête mariale de Notre-Dame du Rosaire. La Grèce ne retrouva cependant sa liberté qu’en 1830, et Constantinople ne fut pas libérée.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas tant invités à commémorer une victoire historique, qu’à découvrir la place de Marie dans le mystère du salut et à saluer la sainte Mère de Dieu, en lui redisant, avec l’ange Gabriel : « Je vous salue Marie ». En récitant le Rosaire, nous méditons les mystères de l’Évangile, à l’École de Marie. Nous pouvons ainsi méditer quatre séries de mystères : les mystères joyeux (Annonciation, Visitation, Nativité, Jésus à 12 ans), les mystères lumineux (Baptême de Jésus, Noces de Cana, Prédication de Jésus, Transfiguration, Eucharistie), les mystères douloureux (Agonie, Flagellation, Couronnement d’épines, Portement de croix, Crucifixion) et les mystères glorieux (Résurrection, Ascension, Pentecôte, Assomption, Couronnement de Marie). Le Rosaire est donc comme un résumé de l’Évangile. La répétition litanique du « Je vous salue Marie » devient alors une louange au Christ.

Il nous faut redécouvrir la prière du chapelet et son efficacité pour la paix dans nos cœurs et dans le monde. Le pape Jean-Paul II nous écrivait, en octobre 2002 : « Je me tourne vers vous, frères et sœurs de toute condition, vers vous, familles chrétiennes, vers vous malades et personnes âgées, vers vous les jeunes : reprenez avec confiance le chapelet entre vos mains, le redécouvrant à la lumière de l’Écriture, en harmonie avec la liturgie, dans le cadre de votre vie quotidienne ».


Père Xavier Schelker




Vous avez imprimé cette page à partir du site paroisse Chaville paroisseschaville.free.fr/article.php?id_article=256)