Sainte Bernadette nous guide en ce Carême

Dominicale N° 166 (17/02/2008) - 2e dimanche de Carême (A)


Bernadette Soubirous est née le 7 janvier 1844. Bernadette, quoique gravement atteinte d’asthme, est une petite fille agréable et gaie qui ne sait ni lire ni écrire mais est élevée dans la foi chrétienne. Elle ne connaît que le « Notre Père » et le « Je vous salue Marie » en français. Le jeudi 11 février 1858, Bernadette se rend avec sa sœur Toinette et une amie à Massabielle pour y ramasser du bois. Alors qu’elle s’apprête à traverser le Gave, elle « entend un bruit comme si c’eut été un coup de vent » qui lui fait lever la tête. Elle aperçoit, près de la Grotte, dans une lumière douce comme un rayon de soleil, une femme qui porte un chapelet, « une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied ».

De ce jour du 11 février 1858 jusqu’au 16 juillet 1858, la « Dame » apparaîtra 18 fois à Bernadette. À chacune des apparitions, les fidèles et curieux sont plus nombreux. Bernadette, très vite, est contrainte de répondre aux questions pressantes du commissaire de police, du juge, de l’abbé Peyramale, curé de Lourdes, puis de Mgr Laurence, évêque de Tarbes.

Le 24 février, la « Dame » incite à faire pénitence et à prier Dieu pour les pécheurs. Le 25 février, la « Dame » fait découvrir à Bernadette une source d’eau dans la Grotte et lui demande d’en boire. Le 1er mars, un miracle survient : Catherine Latapie, une habitante de Lourdes, trempe son bras malade dans l’eau de la source et l’en ressort guéri. Le 2 mars, la “Dame” dit à Bernadette : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle ».

Le 25 mars 1858, répondant enfin aux demandes de Bernadette, la « Dame » lui dit : « Que soy era Immaculada Councepciou » (« Je suis l’Immaculée Conception ») Bernadette ne connaît pas alors le sens de cette expression, qui désigne la Sainte Vierge, Mère du Christ. Quatre ans plus tôt, en 1854, le pape Pie IX en avait fait une vérité de la foi catholique (dogme).

L’évêque de Tarbes, Mgr Laurence, reconnaîtra les apparitions comme authentiques 4 ans plus tard, le 18 janvier 1862.

Quant à Bernadette, le 29 juillet 1866, elle prend l’habit des sœurs de la Charité de Nevers et de l’Instruction chrétienne sous le nom de sœur Marie-Bernard. Après des années au service des malades, elle s’éteint à Nevers le 16 avril 1879.

Elle sera béatifiée le 14 juin 1925 et canonisée le 8 décembre 1933, jour de la fête de l’Immaculée Conception.

Sainte Bernadette nous tourne vers le Seigneur, dans ce qu’elle a cherché à vivre, dans le jeûne, la prière et le souci des autres.

Père Hugues de Woillemont




Vous avez imprimé cette page à partir du site paroisse Chaville paroisseschaville.free.fr/article.php?id_article=450)